Beille, à 1800 mètres d’altitude, est l’Espace Nordique des Pyrénées: ski de fond, raquettes, luges, activités d’Angaka. Tous les ingrédients sont là pour vous concocter la journée la plus rieuse de l’année…

C’est quoi cette surprise ? Maman sourit, sans répondre. Je souffle et ça fait de la buée sur la vitre glacée de la voiture. La route de Beille monte dans une grande forêt. Maman me montre la vallée tout en bas. Que c’est petit, vu d’ici. Quentin mon petit frère saute sur la banquette : la neige ! sur le bord de la route, puis sur les sapins.

On arrive sur un gigantesque plateau. Papa arrête la voiture sur un très grand parking. Je n'ai jamais vu autant de neige. Face à nous, c’est impressionnant. Les sommets, les sapins, la montagne, tout est blanc, partout où on regarde.

Balade en chien de traîneau

Le voilà mon cadeau ! Je n’ai jamais vu autant de chiens à la fois. Des chiens de traîneau, avec des poils magnifiques, des yeux bleus qui pétillent. Ma boule de poils préférée c’est « Inut », c’est le chef de la meute… 

David se présente, il est musher, conducteur de traîneaux à chiens. D’abord, il me montre les bons gestes pour préparer le traîneau. Ensuite, il nous fait grimper sur le traîneau et il m’explique comment bien conduire. Enfin…. il me passe les rênes. Ça va vite, je suis un vrai trappeur, Jack London, c’est moi !
Le froid me chatouille le nez, j’éternue, avec David on éclate de rire, quel métier génial, il fait !

La luge facile

Et le mien cadeau, il est où demande Quentin ? Pendant que papa fait sa boucle en ski nordique, maman nous y emmène. C’est quoi ? Un escalator-à-montagnes ? Un tapis roulant à la montagne ? Tu descends en luge et tu remontes dans un tube transparent, on dirait que tu flottes sur la neige.

Maman est contente, elle n'a plus besoin de tirer la luge pour remonter en haut des pistes. On s’est fait un maximum de virages relevés ! Notre luge ressemble à une formule 1, même maman a essayé… je l’avais jamais vu autant rire. Je comprends pourquoi ils affichent « Beille la neige rieuse ».

La pause gourmande

J’ai une faim terrible. Sur la terrasse du restaurant d’altitude, on a tous posé les manteaux tellement il faisait bon au soleil. Papa nous raconte sa boucle des crêtes en ski de fond à Finestre. Il s’est régalé, il n’avait pas fait du skating depuis un moment… Il avait la montagne pour lui tout seul, tout en dominant les sommets environnants.

Papa nous emmène avec lui à l’initiation au biathlon. Skier, s’arrêter, viser. On se prend tous pour Martin Fourcade aux Jeux Olympiques, allez go !

Maman a l’air d’apprécier son moment à elle en raquettes, ça fait 30 minutes qu’on l’attend ! Du coup, nous sommes allés au village nordique, ils étaient en train de construire des igloos, comme au Pôle-Nord ! Il y a même une drôle d’habitation, maman m’a dit que c’est une yourte, une maison scandinave. 

Avant de partir, on goûte avec un bon chocolat chaud, en passant devant la boutique, Maman nous ramène un souvenir de cette journée inoubliable, une peluche de chien de traîneau. Nous l’avons appelé Petit-inut.  Merci Papa, merci Maman, je n'ai jamais autant ri à la neige. Maman m’a dit que j’allais sûrement bien dormir sur la route du retour et que cette journée nordique se prolongerait dans mes rêves !